LE CERCLE/POINT DE VUE – La baisse massive du prix des moyens de production du photovoltaïque, mais aussi du stockage électrique, pourrait rapprocher l’électricité d’un prix plancher proche de zéro. Avec une macro-observation du secteur énergétique, nous pouvons conjecturer que l’adoption massive des énergies renouvelables par les consommateurs n’est plus une réponse à une demande politique, mais plutôt à une forme de rationalité économique. L’électricité est en passe de devenir un flux presque gratuit, comme Internet. La loi de Swanson observe que «le prix d’une cellule photovoltaïque tend à chuter de 20 % lorsque la capacité de production mondiale de cellules double», et cette loi ne cesse de se vérifier.

D’après la banque Lazard, grâce aux économies d’échelles, le prix des cellules photovoltaïques a baissé de 86 % entre 2009 et 2017, et nous sommes passés sous la barre symbolique d’1 dollar par kilowatt installé. Avec les moyens de production massifs développés par les géants asiatiques, le prix du kilowatt ne cessera donc de se rapprocher d’un prix plancher proche de zéro dollar.

Vers un bouleversement du marché

Ces baisses massives du prix des moyens de production et du stockage électrique annoncent donc l’avènement d’une nouvelle ère sur le marché de l’électricité. Cette recomposition est aussi l’occasion de réinventer le financement du gestionnaire de réseau et de distribution.

[…]

N’oublions pas que les bénéfices du gestionnaire de réseau Enédis représentent 25 % de l’Ebidta de sa maison mère EDF qui elle, est considéré comme une entreprise privée à but lucratif, ce qui constitue en soi une anomalie concurrentielle.