Avec 463 millions de tonnes de gaz à effet de serre émis en 2016, la France dépasse son objectif de 3,6% alors qu’elle vise la neutralité carbone à l’horizon 2050. C’est un sujet qui préoccupe beaucoup notre association depuis sa création et c’est pourquoi nous voulions y revenir plus en détail.

19% des émissions de gaz à effet de serre

En 2016, le CO2 émis par les bâtiments a compté pour 19 % des émissions totales soit un « dérapage » de près de 11 % par rapport à la trajectoire prévue. Les ménages ont eu plus recours aux énergies carbonées pour chauffer leurs logements et les baisses de consommation liées aux rénovations énergétiques n’ont pas été suffisantes.

Les performances énergétiques sont bien trop médiocres

Grand nombre sont ceux qui ont déjà vécu ou vivent encore dans un logement mal isolé avec des équipements de chauffage vétustes et peu efficaces. En novembre dernier le gouvernement a présenté son plan de rénovation énergétique des bâtiments.

La rénovation, un chantier essentiel de la transition énergétique

Que ce soit en termes de travaux d’isolation ou d’achat et installation d’équipements de chauffage, ils peuvent vite être importants. Comme nous le confiait Patrick Chrétien, président de l’association Familles de France, « les familles très modestes, propriétaires comme locataires, qui n’ont, pour certaines, pas les moyens d’investir un seul euro ne peuvent pas engager ces travaux d’isolation » puisque les aides sont versés après les travaux.

Comment décarboner le bâtiment ?

Malgré les efforts de ces dernières années il reste encore beaucoup à faire si l’on veut vraiment et durablement réduire les émissions de gaz à effet de serre des bâtiments en France. Le Plan rénovation énergétique des bâtiments, présenté le 26 avril dernier par le ministre de la Transition écologique et solidaire Nicolas Hulot, a pour principale ambition de tenir l’objectif des 500 000 rénovations par an inscrit dans la loi de transition énergétique pour la croissance verte. Toutefois, si les différents dispositifs d’accompagnement sont simplifiés, envoyant un signal positif pour accélérer les rénovations, la question des émissions de CO2 est malheureusement éludée. De plus, bien que l’effort se porte sur l’accessibilité de ces aides, beaucoup de ménages très modestes auraient besoin d’un système d’avance de fond, comme le souhaite l’association Familles de France, afin qu’ils puissent se lancer eux aussi dans des travaux de rénovation.

Autre point délicat, celui des bâtiments de bureau qui sont des gros consommateurs d’énergie, d’autant plus s’ils sont anciens. Pour diminuer cela, des rénovations lourdes ne sont pas forcément nécessaires, d’autant qu’elles peuvent rebuter les propriétaires par leur cout et la durée parfois longue des travaux. La société de conseil BHC pointe ainsi le fait qu’un simple audit de la consommation ou le remplacement des équipements vieillissants par du neuf peuvent déjà largement améliorer l’efficacité énergétique et réduire la consommation. Ces expériences grandeur nature nous donnent un aperçu de ce à quoi pourront ressembler nos villes, nos logements, nos bureaux dans un futur qui, on l’espère, est proche.